Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mai 11, 2020 in #SouvenirsOlfactifs, Choisir son parfum, Sentir/Goûter | 1 comment

Venise et le parfum

Venise et le parfum

 

Venise et le parfum ! Saviez-vous que dès le XI ème siècle, la byzantine Teodora Dukas instaura deux nouvelles habitudes, lors de sa venue à Venise ? Il s’agit de la fourchette et du parfum. C’est sans compter, que Venise fut dès le XVI ème siècle, la capitale des matières odorantes avec les épices. Outre ces faits historiques, Venise a été une immense source d’inspiration pour les artistes. Qu’en est-il aujourd’hui ? Je vous suggère de découvrir plus particulièrement les derniers parfums dont les sources de création viennent de la Sérénissime.

 

Venise et le Parfum…

 

Si vous allez à Venise, ne manquez pas de visiter, le musée du parfum. Proche du monde de la parfumerie, la famille Vidal s’est donnée pour ambition de faire connaitre le monde, la culture et l’histoire du parfum de Venise. De fait, Angelo Vidal fonda la Vidal Profumo en 1900, un laboratoire de parfums dans le palais Mocenigo. L’entreprise se développa et fut rachetée en 1980 par la société Henkel.

Qu’à cela ne tienne, dès 1986, Massimo Vidal, neveu d’Angelo Vidal, fonda la société Mavive (acronyme de MAssimo VIdal VEnezia), prononcez “mavivé”,  toujours orientée vers les parfums et les produits cosmétiques.
Puis, en 2013, il créé la marque de parfum The merchant of Venice. C’est à la fois une entreprise de parfum et un magnifique projet culturel. Aujourd’hui, la boutique est située à Campo San Fantin dans l’ancienne pharmacie de San Fantin.

 

 

Tout ceci sans compter que la famille Vidal a été impliquée et a soutenu l’ouverture du Musée du Parfum à Venise. La restauration et la réouverture de l’Ancienne Farmacie de San Fantin, de l’Épicerie All’Ercole D’Oro à Sainte Fosca ont partie de ce vaste programme. Par ailleurs, la sauvegarde des anciens livres de recettes de parfums, du Moyen-Age, s’inscrit bien évidemment dans le projet culturel.

 

 

“Paris Venise” de Chanel

 

Chez Chanel, Venise s’est invité dans les parfums de maison dès 1984  avec Coco. Malgré tout Coco Chanel avait une passion pour Venise. Au lendemain de la disparition de Boy Capel, Missia, la grande amie de Chanel, décide de l’emmener à Venise pour calmer son chagrin. Venise sera alors un véritable coup de foudre. De fait, la lumière et le calme de Venise l’apaisent, et les événements mondains, pour lesquels sa présence est très recherchée, lui rendent le sourire… Ce sera un voyage, telle une véritable renaissance, où elle trouve l’une de ses sources d’inspiration majeure. C’est aussi là, qu’elle emprunte au peintre Tintoret, les pigments de son premier rouge à lèvres.

 

Coco de Chanel

En réalité, le premier parfum Coco que Jacques Polge réalise est un hommage à Venise. “Au départ, il y avait cette couleur, le noir. Puis vint cette envie de continuer à explorer ce que j’appelle la culture Coromandel de Chanel, cet Orient qui commence et finit à Venise” raconte Jacques Polge. En effet, il incorporera cette facette “orientale”, jusqu’ici méconnue de Gabrielle Chanel. Les bois, résines et épices se marient alors dans un sillage énigmatique intense…. Nous sommes en 1984.

Enfin, Olivier Polge, le fils de Jacque Polge, aujourd’hui parfumeur chez Chanel, lance Paris Venise en 2018. “Je voulais qu’on sente cette ouverture sur l’Orient, qui est aussi chez Chanel l’évocation du baroque.” confie le parfumeur.

 

Paris Venise de Chanel

Ainsi Paris Venise relève le pari de faire cohabiter les ors et le faste de l’Orient, dans une atmosphère ouatée. Malgré le fil rouge que forment les agrumes, le néroli demeure discret. C’est sans compter,  une trace de fruits rouges qui chuchote à l’iris et au géranium de Grasse, des accents acides. Puis, viennent le bois de cèdre fusant et l’accord ambré qui prennent la parole, toujours dans une grande discrétion. Enfin, la note vanillée et les effluves orientaux réchauffent la peau, sans en prendre jamais à aucun moment, le pouvoir. Jamais Venise n’a été aussi accessible. Jamais elle n’a été aussi subtile.

1 Mes impressions 

Je suis une grande fan de Coco de Chanel que j’ai longtemps porté. En effet, j’ai toujours eu un faible pour les notes chaleureuses incorporant bois et épices.

“Paris Venise” fait partie de cette collection singulière, “Les Eaux de Chanel”. En apparence, légère et vaporeuse, cette ballade olfactive n’en demeure pas moins empreinte de tonalités orientales. Tout au long, Paris Venise, reste énigmatique.

 

Un Jardin sur la Lagune d’Hermès

 

Grâce à la collection Les Jardins d’Hermès, les fans d’Hermès Parfum, ont pu voyager en Méditerranée, sur le Nil, Chez Mr Li, Sur le toit et Après la Mousson. Aujourd’hui, c’est à Venise que Christine Nagel, les emmène pour son premier opus de cette collection Les Jardins d’Hermès.

 

Le jardin d’Eden, le jardin de Christine Nagel !

Or, il semblerait que Christine Nagel, ait mis un certain temps à trouver son jardin !… En effet, elle raconte “Je cherchais un jardin, je rêvais d’un jardin, mais je ne savais pas où il était. Un jour, je suis tombée sur une histoire : l’histoire d’un jardin en Italie, un jardin à Venise, un jardin qui avait poussé sur la Lagune.”

C’est un jardin secret, sur la lagune où la nature a repris ses droits. La terre exhale ses notes salées. Les arbres à fleurs déploient leur majesté. “Ce jardin, j’en ai rêvé. J’ai composé un parfum tissé de ses mémoires, des arbres et des fleurs qui s’y sont succédés et de la nature toujours présente aujourd’hui.”

 

 

 

En réalité, ce parc a été dessiné par le paysagiste anglais Lord Frederick Eden (Parent du ministre Anthony Eden), en 1884. A l’époque de sa splendeur, ce jardin fut inspiré par l’oeuvre de la célèbre Gertrude Jekyll, soeur de Caroline, la femme de Frederick Eden. Ce jardin à l’Anglaise, le plus grand de Venise, était agrémenté de roses, de statues et d’animaux : un jardin d’Eden !

Symbole de la présence anglaise à Venise, ce jardin faisait la joie du monde littéraire (Marcel Proust, Rainer Maria Rilke et Henry James). Avant d’être quasiment abandonné, ce jardin fut la propriété de la princesse Aspasia de Grèce et sa fille la reine Alexandra de Yougoslavie avant le peintre autrichien Friedensreich Hundertwasser. Et, aujourd’hui le Jardin d’Eden appartient à la fondation.

 

Revenons au parfum et à la découverte de ce jardin par Christine Nagel. Ici, elle nous livre ses impressions olfactives. « J’ai été touchée par ce jardin, que j’ai découvert pour la première fois un matin de janvier. J’y suis retournée de nombreuses fois et à chaque visite, selon les saisons, j’y faisais une nouvelle découverte olfactive. Le pittosporum en fleur, le magnolia, le lys de la Madone, mais aussi la salicorne ou l’odeur boisée des racines qui restent à fleur de sol. C’est ce rêve que j’ai voulu condenser dans Un Jardin sur la Lagune »

 

2 Mes impressions 

Dès les premières effluves, un vent d’agrumes stimule, rappelant l’Italie. Puis, immédiatement on entre dans ce jardin vert dans lequel on retrouve un trio de fleurs blanches, relativement discrètes que sont le lys, le magnolia et le pittosporum. On perçoit que ce jardin est livré à lui-même. Cependant, le fond se réchauffe par la présence de bois pour lui donner une atmosphère plus chaleureuse.

 

Storie Venezia de Valmont

 

Entre Venise, Sophie & Didier Guillon, les propriétaires de Valmont, c’est une longue histoire d’amour… Tout a commencera lors de leur premier voyage dans la Sérénissime.

Quant à Sophie, Venise représente un cocktail d’odeurs entre l’air iodé envahissant toutes les ruelles, ou le café chaud consommé aux terrasses de café. Sinon, elle aime arpenter des heures durant la ville pour y découvrir tous ces secrets.

 

Gaggia Medio vous emmène à Dorsoduro à Venise

 

 

Par contre, Didier voit en Venise,  les  toiles  de  Turner.  Autrement, en véritable artiste, Venise lui rappelle également Thomas Mann et Luchino Visconti. En quelques mots, Venise est une toile de fond baroque et sublime, une ville où chaque détour révèle un plan digne d’un chef d’œuvre de la Mostra. Enfin, Venise, est l’organisation d’une exposition de la Fondation Valmont en 2013, dans le cadre de chaque édition de la Biennale.

L’histoire de Storie Venezia 

 

C’est donc tout naturellement que Storie Venezia, la première collection de la maison, soit une ode à la Venise Contemporaine. Plus précisément, c’est une ballade olfactive, sous forme de 5 contes olfactifs. En effet, Sophie et Didier, vous invitent à découvrir la ville, au travers de leurs différents quartiers préférés.  Sans plus attendre,  Verde Erba vous emmène à Pontife Sant’Elena, Alessandrite I à L’Arsenale, siège de l’art contemporain et des Biennales, Rosso I au cloître de San Francesco Della Vigna, Gaggia Medio I au coeur des rues enchevêtrées de Dorsoduro et enfin Blu Cobalt I au Campo San Moisé.

3 Mes impressions

Parmi ces différentes ballades olfactives, je suis totalement séduite par Gaggia Medio I. Ce conte olfactif nous emmène dans un des quartiers les plus animés de la ville. Sur un fond chaleureux et enveloppant d’ambre, associé au bois de santal, viennent se greffer des épices, telles la cardamome. Moelleux et réconfortant, Gaggia Medio I n’est pas dénué de personnalité et d’élégance.

Et dites-moi quels sont les parfums qui évoquent Venise et si vous connaissez les parfums The Merchant of Venise en me laissant un commentaire ci-dessous !

1 Comment

  1. Ah, comme on en rêve, de Venise!.. Quand pourrons-nous y retourner? Vous m’avez emmenée faire une jolie promenade parmi ses parfums mais aujourd’hui ce sont nos jardins confinés qui nous embaument: sur ma terrasse, ma verveine officinale ‘Lippia citriodora’ se réveille de l’hiver. Me direz-vous dans quel flacon je pourrais retrouver sa senteur? Je n’en connais qu’une référence, celle de Dana
    mais elle n’est plus produite. J’aimerais tant rencontrer une reformulation fidèle et tenace de cette défunte Eau de Verveine de Dana. Pourriez-vous m’aider à débusquer son parfait sosie chez l’un des nombreux parfumeurs que vous avez le bonheur de côtoyer? Je vous en remercie et vous envoie l’image olfactive d’un geste de la main rebroussant doucement le feuillage d’une verveine vert tendre dans son pot en terra cota vieux rose.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.