Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mai 10, 2020 in Culture, Les livres, Non classé | 0 comments

Maison des Fragrances de Christophe Mot

Maison des Fragrances de Christophe Mot

 

Quand Christophe Mot, professionnel passionné de la parfumerie et du monde de la BD croise le chemin de  Corbeyran, scénariste de BD, auteur de plus de 400 titres, cela donne naissance à une saga familiale, sur le monde du parfum en BD. Le tome 1, “Le parfum du pouvoir” voit le jour, grâce au talent du dessinateur Piotr Kowalski. Sorti le 26 février 2020, aux éditions Robinson, ce premier tome, vous embarque dans les coulisses de la création du parfum.

 

Synopsis du tome 1 Le parfum du pouvoir

 

La famille Capella fait partie des grands noms de la parfumerie. Installée à Grasse, elle est reconnue pour la qualité de ses parfumeurs créateurs, auteurs de nombreux parfums iconiques. Mais une guerre de succession fait rage, pour déterminer quelle branche de la famille prendra le contrôle de la société… C’est ainsi que l’on rentre dans les coulisses de l’industrie avec ses codes et ses secrets !

 

Christophe Mot

Interview croisé entre Christophe Mot et Eric Corbeyran

 

Pourquoi avoir choisi d’inscrire cette saga familiale dans l’univers de la parfumerie ?

 

Christophe Mot Je réalise un rêve car je travaille dans le monde du parfum depuis près de 30 ans. Raconter les coulisses de ce monde peu connu du grand public, me paraissait intéressant. C’est donc naturellement, qu’une saga d’une famille de parfumeurs de Grasse eût été une évidence.

Après une formation en école de commerce, je me suis orienté vers ce secteur en intégrant d’abord la branche parfumerie du groupe Unilever, puis en intégrant le groupe espagnol Puig. C’est ainsi que j’ai participé à la création de l’eau de toilette Black XS chez Paco Rabanne.

Eric Corbeyran Ce projet s’articule autour de trois grandes thèmes du parfum :  les arcanes de la création d’un parfum et révéler quelques secrets de conception et de fabrication, avec le travail du parfumeur ; évoquer la diversité et l’importance des ingrédients, le rôle prépondérant de la France et de la région de Grasse dans son essor et son développement ; et enfin entraîner le lecteur dans l’univers dynamique et concurrentiel des grandes maisons de parfum, mêlant savoir-faire traditionnel et technologie High-tech.

 

Quelles ont été les sources d’inspiration de la famille Capella ?

 

Eric Cobeyran La plupart des maisons de composition était des saga familliales que ce soit à Grasse, en Suisse ou encore en Allemagne. Nous nous sommes inspirés de l’une d’entre elles. En effet,  l’approche du contexte familial entrepreneurial donne l’opportunité de renforcer la dramaturgie des relations professionnelles. En quelques mots, elle demeure une source d’inspiration inépuisable pour la création d’une grande saga.

Christophe Mot

 

Comment vous êtes-vous documenté sur ce monde de la parfumerie  ?

 

Christophe Mot Dès le départ, je me suis bien entendu avec Eric. Par conséquent, nous sommes allés ensemble à Grasse et à Génève. Il était très important qu’Eric s’immerge dans ce monde du parfum, si particulier. Dans un premier temps, c’est mon ami Dominique Preyssas, parfumeur depuis de nombreuses années chez CPL Aromas qui nous a ouvert les portes de son laboratoire. Ce fut donc le premier contact avec ce monde pour Eric. Ensuite, à Grasse,  Philippe Maubert, président et propriétaire de Robertet, nous a très gentiment accueillis. Là, ce fut un plongeon dans une maison familiale grassoise depuis 4 générations. Un contact exceptionnel et passionnant du monde secret du parfum à Grasse.

Puis, j’ai aussi bénéficié de l’aide de Philippe Ughetto, président de la  “Fragrance Foundation France”, et ami de longue date. Ce dernier nous a organisé des rencontres avec des acteurs principaux de l’industrie. C’est ainsi que de grandes maisons nous ont accueillis. De fait, nous avons participé à la prestigieuse soirée annuelle des Fifi Awards, organisée à Paris par la Fragrance Fondation. Un événement incontournable du parfum, qui récompense les meilleurs parfums. Des sources d’inspiration fabuleuses pour certaines planches de ce premier tome.

Enfin, Aurélien Guichard, parfumeur chez Takasago, a eu le plaisir, d’imaginer un parfum autour de l’ambre gris, un des ingrédients de la BD. Je voulais que les journalistes sentent un parfum qui en contiennent, le jour du lancement presse. Une jolie façon de mieux comprendre cet ingrédient, aujourd’hui interdit. D’ailleurs, cette aventure n’aurait pas pu être possible sans l’accord de Nathalie Helloin-Kamel, Head of Global Fine Fragrance chez Takasago de Takasago.

 

Pourquoi avoir choisi le support de la bande dessinée ?

 

Christophe Mot Toute idée d’un parfum démarre par un story-board qui  associe des mots et des images. C’est ce qu’on appelle un « brief olfactif ». Pour, la Bande Dessinée était donc une évidence pour illustrer cette démarche créative ! De plus, je suis un passionné de BD. Enfin, travailler avec Eric Corbeyran était un rêve pour mener à bien ce projet.

Christophe Mot

 

Avez-vous déjà la suite de la Maison des Fragrances ?

 

Eric Corbeyran Oui bien sûr, nous avons la suite de la trame des prochains développements de l’intrigue, chez les Capella. D’ailleurs, elle promet de nombreux rebondissements, et ce sera l’occasion de faire découvrir au lecteur d’autres facettes du monde de la parfumerie.

 

Mes impressions

J’ai bien aimé lire ce premier tome de la Maison des Fragrances. Outre l’histoire même, la narration est extrêmement bien documentée. En effet, on y apprend énormément. Par ailleurs, Christophe Mot, lève le voile sur les secrets et la complexité de ce métier. De la même façon, le lecteur y voit les enjeux financiers, la concurrence acharnée et tout le challenge entre la synthèse et les ingrédients naturels, provenant du monde entier. Jusqu’ici, les coulisses n’avaient pas été dévoilées de cette façon, le format permettant un traitement différent. Maintenant, il ne reste plus qu’à attendre le tome 2 !

Il est vrai que l’écriture, le ton et le traitement de la BD permettent un autre regard sur le monde de la parfumerie. En effet, Philippe Ughetto, le rappelle très justement « Parce que la BD a cette particularité, comme l’écriture, de mixer la réalité et l’imaginaire, place à la face plus sombre de cette parfumerie qui, comme nombre de secteurs d’activités dynamiques, n’échappe pas aux affres de la concurrence, parfois houleuse, avec ses alliances, ses intrigues et ses trahisons. »

La Maison des fragrances scénario de Christophe Mot et Éric Corbeyran, dessins de Piotr Kowalski, éditions Robinson, 56 pages, 14,95 €

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.