Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Nov 2, 2020 in #SouvenirsOlfactifs, Choisir son parfum, Sentir/Goûter | 0 comments

La Tubéreuse, une fleur blanche généreuse

La Tubéreuse, une fleur blanche généreuse

 

 

Depuis toujours, la tubéreuse a la réputation d’une fleur blanche enivrante, voluptueuse, voire dangereuse. Qu’à cela ne tienne, sa forte personnalité ne l’a jamais empêché d’avoir des adeptes…. Actuellement, ce sont les jeunes femmes indépendantes, bien dans leur tête qui la convoitent. Je vous invite donc à découvrir les dernières créations où cette fleur tient un nouveau rôle, et rencontrer un inconditionnel de la tubéreuse ! Cette fleur a encore un bel avenir. “Et pourquoi pas une tubéreuse au masculin”, me confie Bruno Jovanovic, senior parfumeur IFF.

 

Qui est la tubéreuse, cette fleur blanche ?

 

Une fleur du cercle privé des fleurs blanches…. Elle côtoie le jasmin, la fleur d’oranger ou néroli, le gardénia…. Toutes ont en apparence, la pureté du blanc, mais ne vous y fiez pas, leur parfum est fort et même provocant ! Avez-vous déjà pensé quelle était la raison de ce paradoxe ? Eh bien, tout simplement, attirer les insectes pour la pollinisation !

 

 

Cette dernière est introduite en France dès le XVIII siècle, en provenance du Mexique. Aujourd’hui, elle est surtout cultivée en Inde, Egypte, Maroc…. mais aussi à Grasse, en petite quantité. Il est important de souligner que le travail autour de cette fleur est exigeant. De plus, elle demande à être replantée dans un autre carré, puisqu’elle appauvrit les sols. Au final, c’est un travail lent, minutieux et difficile. Actuellement, la famille Mul la cultive pour Chanel, Carole Biancalana du Domaine de Manon et Armelle Janody du Clos de Callian pour Christian Dior. Néanmoins, il ne faut pas oublier les agriculteurs indépendants qui la cultivent.

 

Parlons du sillage de la tubéreuse !

 

Selon sa provenance, Inde ou Grasse, son parfum ne sera pas le même… En Inde, la tubéreuse est plus verte, plus animale, plus agressive dans sa féminité, tandis que la grassoise sera plus crémeuse, laconique et fruitée. Pour Bruno Jovanovic, parfumeur senior chez IFF “La tubéreuse est la May West des fleurs !… Je l’aime parce qu’elle est tellement captivante, enivrante et ensoleillée. Je me sens totalement à l’aise avec elle.”

Loin d’être le seul !…. Aurélien Guichard, parfumeur chez Takasago dit “C’est une fleur suave, narcotique, charnelle avec un côté dangereux. Elle me fait penser à une fleur “méchante” par opposition à des fleurs de jeune fille, “inoffensives” comme le muguet.”

 

En effet, cette dame, parle essentiellement à la tombée de la nuit ! Personnellement, je l’aime aussi ! J’ai porté le Clhoé de Karl Lagerfeld, un parfum créé par Betty Busse, parfumeur chez IFF. Un superbe bouquet floral, aux notes certes sensuelles et riches, mais surtout élégant et féminin. Plus tard, ce sera Jardin de Bagatelle de Guerlain, Carnal Flower des Editions Frédéric Malle et Gabrielle de Chanel.

 

Le grand retour de la tubéreuse

 

Depuis quelques temps, la tubéreuse fait son retour en force. De fait, elle ne fait pas peur à cette génération de jeunes filles affranchies. Bien au contraire !

Le nouveau parfum My Way d’Armani nous le confirme. Une nouvelle création réalisée par Bruno Jovanovic de concert avec Carlos Benaïm, tous deux parfumeurs chez IFF. L’un, parfumeur senior à Paris et l’autre Maître Parfumeur à New York !

My Way marque un nouveau chapitre avec sa nouvelle philosophie, ” I am what I live “. En quelque sorte, ce parfum est une affirmation forte, singulière, envers soi-même et le monde, voire une volonté de suivre sa propre voie. C’est l’actrice Adria Arjona, qui en est l’égérie.

 

C’est un bouquet floral de fleurs blanches, lumineux et puissant, assemblées grâce aux techniques les plus avancées d’IFF, mises au point tout particulièrement, pour ce projet. Progressivement, ce sont la bergamote de Calabre, la fleur d’oranger d’Egypte, la tubéreuse, un jasmin Grandiflorum et un jasmin Sambac tous associés avec une vanille de Madagascar et un Cèdre de Virginie, qui s’expriment. En un mot, un véritable voyage olfactif au travers des différentes cultures du monde.

 

Un voyage olfactif au travers des cultures

 

Outre les ingrédients de source responsable comme la vanille de Madagascar, ce sont les techniques traditionnelles qu’IFF a réinventées pour le projet. Tout un travail “made to measure” où le coeur de la tubéreuse est extrait par distillation moléculaire, exclusivement pour Giorgio Armani. Il en résulte une note onctueuse et veloutée, toute une expérience olfactive donnant l’impression de plonger dans un champ de pétales de tubéreuse. De  même, la note de fleur d’oranger est obtenue grâce à une version modernisée de l’enfleurage, un processus d’extraction artisanal. “Un travail exceptionnel, rendu possible par les équipes Armani, qui s’en sont donnés les moyens. C’est dans l’ADN de la marque” me raconte Bruno. Il me confiera qu’une partie de la formule de My Way est pesée et assemblée suivant une méthode traditionnelle, minutieuse, pour garantir la perfection du jus.

 

 

 

Pour Gucci Bloom Profumo Di Fiori, Alberto Morillas, Maître Parfumeur chez Firmenich, a laissé les fleurs s’exprimer, sans aucune retenue. Plus précisément, il s’agit d’une conversation entre une tubéreuse, un jasmin, et un ylang ylang aux côtés d’un bois de santal. Gorgé de soleil, ce parfum renferme aussi du beurre d’iris et de la résine de benjoin.

 

 

Si dans Profumo Di Fiori, la ballade olfactive est dans un jardin imaginaire, Bouquet Floral d’Orchestre Parfum se déroule dans une boîte de nuit sur une musique techno. Son fondateur Pierre Guguen, musicien lui-même a voulu retranscrire un moment particulier, celui d’une nuit électronique à Barcelone. Aux consoles, DJ Popof avec Animal & Me et sur l’orgue du parfumeur, Pierre Gueros, parfumeur chez Symrise. C’est une tubéreuse alliée à un jasmin, le tout électrifié par un poivre Timut qui vient donner le rythme. En outre, la vanille intervient comme pour rendre le sillage complètement addictif.

En conclusion !

Hormis, le côté brut de la tubéreuse que Bruno Jovanovic apprécie, il considère cette fleur, comme l’une des rares, qui offrent autant de possibilités. Il ajoutera même, “il suffit juste d’exagérer le trait qui nous séduit. Elle peut être même sans genre, et Bruno rêve de faire un tubéreuse au masculin.” Affaire à suivre !

Dites-moi quel est votre parfum préféré avec de la tubéreuse en me laissant un commentaire ci-dessous

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.