Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Juin 5, 2020 in Parfumeurs Créateurs | 2 comments

Hommage à Philippe Anglade

Hommage à Philippe Anglade

 

 

C’est un homme généreux, amoureux de la vie et un des initiateurs des journées des matières premières, qui vient de nous quitter pendant le confinement. Tous sont unanimes, pour dire que Philippe Anglade incarnait la joie de vivre, la passion pour son métier et avait le charisme d’un mentor. Mais, il était avant tout leur ami, avec un grand A. J’ai voulu  lui rendre hommage, en recueillant auprès de ses amis et collaborateurs, d’émouvants témoignages. C’est aussi à sa fille, Stéphanie Anglade, que je dédie cet hommage.

 

Plus que de sa carrière, c’est de Phillipe Anglade, que je souhaite vous parler – tant pour ceux qui ne le connaissait pas, que ceux du monde de la parfumerie, qui l’appréciait. Néanmoins, je rappelle que Philippe a démarré sa carrière chez Polak & Schwarz (devenu IFF) avant d’intégrer Colgate Palmolive, comme parfumeur. Il poursuivra chez Dragocco en tant que chef Parfumeur. Puis, il rejoignit la société IFF, où il devint Directeur Evaluation Fragrances, et ensuite Directeur des Ventes. Enfin, Philippe conclut sa carrière avec la création sa propre société Aromatic Conseils.

 

Philippe Anglade, un homme généreux et charismatique

 

Tous sont unanimes, Phillipe était un homme à la forte personnalité, généreux, avec un grand charisme. “Oui, il avait une présence et une voix impactante…. un ton de voix dont on se souviendra. De plus, il aimait mettre son expérience, son réseau au profit des autres”, m’a confié Xavier Renard, Directeur de la Parfumerie Fine chez Givaudan. C’est d’ailleurs ce qu’il fera avec élégance et passion, à la SFP.

 

 

Puis, Xavier Renard poursuivra en me racontant, que s’il était dans le parfum aujourd’hui, Philippe Anglade en était pour quelque chose ! Par ailleurs, quand rentré des Etats-Unis, où il travailla pour IFF pendant de nombreuses années, il hérita du bureau parisien de Philippe… Un moment qu’il n’oubliera jamais.  En effet, Polo de Ralph Lauren embaumait la pièce. Un parfum créé par Carlos Benaïm, maître parfumeur chez IFF !

 

Philippe Anglade, parfumeur

 

Or, Philippe a marqué les gens avec lesquels il a travaillé en tant que parfumeur. En effet, Jean-Claude Henry, parfumeur au même moment chez Colgate-Palmolive, puis après chez Dragocco, m’expliquait “Nous avons collaboré ensemble avec un immense plaisir. De fait, il n’y avait pas de concurrence entre nous, et même s’il y en avait, il restait charmant, même dans la compétition. Il y régnait un climat d’entraide. C’était un homme honnête en tout point et surtout un véritable ami.”

 

 

 

 

En effet, il s’agit des années 60, où il régnait une autre atmosphère dans la parfumerie. D’ailleurs, comme me le rappelait Patrick de Vilmorin (Firmenich), “Philippe a traversé de nombreuses époques de la parfumerie des années 60 aux années 2000. Tout en regardant cette évolution avec discernement, mais sans aucun regret.”

Cette générosité, cette gentillesse sont des qualités que Gérard Anthony (Firmenich) souligne. Ce dernier me dira “Je lui dois tout, il m’a appris le métier et bien plus.” En effet, très rapidement, Philippe avait compris le talent de Gérard Anthony, et l’avenir lui prouvera qu’il avait raison ! De fait, Gérard Anthony poursuivra “il m’a très vite permis et donner l’opportunité d’être en contact avec les clients, malgré mon jeune âge. Une expérience qui m’a permis de l’observer. En quelques mots, je me suis imprégné de lui.”

 

 

Même si Philippe n’a pas dédié la totalité de sa carrière au métier de parfumeur, il est important de rappeler qu’il a remporté le Prix du Parfumeur en 1963 avec Sky, un parfum fleuri boisé. Un prix dont il s’est ensuite occupé avec Norbert Bijaoui, parfumeur et ancien Président de la SFP.

Plus tard, il remportera le parfum de Dedoril, une marque italienne de Colgate Palmolive. Jean-Claude Henry me racontait d’ailleurs, qu’il y avait toujours dans les formules de Philippe, de l’originalité tout en cherchant l’harmonie. A l’époque, nous formulions avec peu d’ingrédients.”

 

Un passionné et un amoureux des belles matières de parfum

 

Il n’y a aucun doute, Philippe aimait son métier, et défendait haut et fort les matières premières, dont il était responsable chez IFF. D’ailleurs, j’ai en mémoire un déjeuner avec lui, à Grasse, juste avant le congrès de Centifolia. A l’époque, jeune journaliste, je me souviens de son enthousiasme, mais aussi, de m’avoir expliqué des anecdotes autour de la profession, sans oublier de défendre les produits IFF, sur lesquels j’allais écrire un article dans la presse professionnelle anglaise !…. Un moment inoubliable dont je me souviens encore.

Pour sa fille Stéphanie, son père aimait Grasse, et en parlait différemment. Il aimait surtout rencontrer les gens, échanger et rire avec eux. D’ailleurs, il lui parlait des ingrédients, avec une nette préférence pour la rose. De son côté, Gérard Anthony, se souvient qu’il appréciait aussi les bergamotes, le basilic et le patchouli.

De plus, Philippe était fier de la carrière de Stéphanie dans le monde du parfum (Rochas, Guerlain….).

 

Philippe Anglade

Stéphanie Anglade, l’une de ses filles avec sa fille

 

Cet amour de son métier, Philippe le communiquait facilement autour de lui. Et il avait aussi cette intelligence de savoir qu’à certains moments, il fallait faire équipe. “Nous avions la même vision et il comprenait que nous étions complémentaires. Enfin, que la notion de service et de qualité était bien plus importante. Nous étions comme deux frères. Un vrai ami avec un grand A !” m’explique Philippe Becot, fondateur de BLH et distributeur dans les hauteurs de Grasse, pour IFF et Firmenich.

De son côté, Jacques Rebuffel, (podcast Jacques Rebuffel sur Tatousenti, le podcast pour se sentir bien) aujourd’hui Conseil chez Robertet, me dira “Je fus son premier acheteur sur Grasse, quand j’étais chez Lautier. A cette époque, je me souviens avoir pris du vertenex, que j’ai utilisé dans mes formules.” Un ingrédient raisonnable ayant une excellente tenue, que Gérard Anthony me confia d’ailleurs, avoir mis dans des formules, pour la parfumerie fine !

 

Philippe Anglade avec sa fille Alexandra

 

Création des Journées des matières premières avec Patrick de Vilmorin

 

Enfin, il ne faudrait pas oublier que Philipe entrepris avec Patrick de Vilmorin chez Firmenich, de monter et gérer bénévolement la première exposition de Matières Premières de Parfumerie de la SFP à Paris. Un événement qui prit place, dans un hôtel entre l’Opéra et le Louvre, puis à l’Automobile Club, à l’Hotel Evergreen de Levallois et enfin à la Porte Champerret. De moins de 20 exposants, l’événement en compta prés de 40 à l’Hotel Evergreen, puis à plus de 70 à l’Espace Champerret, le SIMPPAR aujourd’hui.

 

 

Drakkar Noir de Guy Laroche, l’autre parfum de Philippe !

 

“Bien que concurrents, IFF avait plutôt des commodités, et Firmenich des Spécialités, donc hormis quelques aldéhydes de gros volumes, nous avions peu de produits concurrents. Or, nous sommes restés amis. Nous nous sommes rencontrés à la SFP, alors tous deux VP, du temps du regretté Maurice Maurin. Puis, nous avons créé la première Expo du WPC à Cannes, à l’hôtel Martinez. Le Palais des Congrès de Cannes a ensuite repris le relais. Depuis, la ville de Grasse a repris cette idée pour le congrès Centifolia ” me confiera Patrick de Vilmorin.

Il ne fait aucun doute que Philippe Anglade était la joie de vivre, un rayon de soleil pour beaucoup, et aimait raconter des anecdotes. Tous ont en mémoire au moins un déjeuner, ou d’avoir goûté un de ses délicieux pâtés dont il était le maître.

Néanmoins, ce que je tiens à souligner, sa génération aimait la vie avec un grand V, ils aimaient rire, tout oublier de travailler. Tous étaient passionnés ! Et pour conclure, je reprendrais ce que Gérard Anthony m’a confié “Je souhaite à tous les jeunes parfumeurs de rencontrer, un Philippe Anglade !” Au revoir, Cher Philippe !

2 Comments

  1. Merci beaucoup Bettina pour ce beau portrait de Philippe qui lui ressemble tant.et si emouvant!!!

  2. Qu elle emotions ce magnifique reportage sur ce bel hommage a PHILIPPE ANGLADE Bravo BETTINA

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.