Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Juil 7, 2019 in #SouvenirsOlfactifs, Grasse, Sentir/Goûter, Weekend Olfactif | 0 comments

Quid du Fonds Baudelaire à Grasse

Quid du Fonds Baudelaire à Grasse

C’est en mai 2018 que le Fonds Baudelaire a vu le jour, à Grasse. Rénover, valoriser et faire connaître ce patrimoine, au travers d’événements. Voici en quelques mots, la mission que s’est donné le Fonds Baudelaire. Certes, le fonds de dotation est aussi une aventure humaine : celle de Christine Monpoix, Eric Monvoisin, Jean-Denis Ozeel et Jonathan Turrilo. Or, ce dernier a eu la gentillesse de m’accorder du temps, pour m’en dévoiler les coulisses et les arcanes.

 

Grassois d’adoption, Jonanthan Turrilo, est arrivé à l’âge de 6 ans. Aujourd’hui avocat, il garde en mémoire les odeurs d’arômes de fraise et d’ognon, qui planaient dans la cour du Lycée Amiral de Grasse ! En effet, c’était l’époque où les usines de parfum, étaient encore dans la vieille ville. Fidèle à son parfum Terre d’Hermès, oeuvre du célèbre grassois, Jean-Claude Ellena, il a découvert avec joie, ce monde du parfum, en participant au jury du Prix du Jeune Parfumeur. Hormis, l’équipe du Fonds Baudelaire, Jonanthan me confie, que sans l’aide précieuse de Véronique Wittling (Argeville), Fabrice Pellegrin (parfumeur Firmenich) et Sandrine Pellegrin, Jean-François Laporte et Stéphanie Bidault (Le cerisier blanc), les membres du comité de pilotage, le festival ne pouvait être réalisé.

 

Comment est né le Fonds Baudelaire ?

 

Il y a deux ans, tout a démarré, au cours d’un déjeuner avec Christine Monpoix, directrice de la communication et des relations presse de Ville de Grasse. Tous deux amoureux, de la ville de Grasse, nous voulions faire quelque chose. Pour ma part, je désirais continuer, en qualité de citoyen, d’oeuvrer et de mettre en avant le patrimoine de Grasse. De plus, en tant qu’ancien adjoint aux affaires culturelles de Grasse et ancien Bâtonnier de Grasse, ces fonctions m’ont permis de pouvoir mobiliser des fonds privés.

 

Fonds Baudelaire

De gauche à droite, Eric Monvoisin, Christine Monpoix, Jonathan Turrilo et Jean-Denis Ozeel Photo Gaëlle Amara pour Nice Matin

 

De son côté, Christine tenait à faire connaître les richesses de la ville, par le spectacle vivant (Présidente du Festival Didascalies Grasse). Aujourd’hui, nous sommes accompagnés d’Eric Monvoisin (Directeur de la compagnie 100°C Théâtre à Grasse) et de Jean-Denis Ozeel, un ami d’enfance.

 

Quel est la mission du Fonds Baudelaire ?

 

Nous avons deux objectifs : d’une part rénover, mettre en valeur des bâtiments choisis, en collaboration avec la Ville, avec l’aide des fonds privés. Par ailleurs, organiser des événements culturels, autour d’une thématique liée à  l’histoire et l’industrie du parfum. Néanmoins, au-délà de cette mission que le Fonds Baudelaire s’est fixé, il y a un travail de transmission. Car, notre volonté est que chacun s’approprie l’histoire de Grasse et la créé.

 

Pourquoi ce nom de Fonds Baudelaire ?

 

Elle est venue de Christine Monpoix et d’Eric Monvoisin. Nul n’est sans savoir,  l’attachement de Baudelaire au parfum. En effet, le parfum fait partie de l’oeuvre, Les Fleurs du Mal de Baudelaire. Personnellement, j’apprécie tout particulièrement le poème, “Les bijoux”, publié en 1857 dans les Fleurs du Mal. J’apprécie Baudelaire pour son  côté irrévérencieux et iconoclaste. D’ailleurs, les Fleurs du Mal, constituent un de mes livres de chevet !

 

Fonds Baudelaire

 

D’autre part, le logo représente la Porte Neuve. Une entrée de ville historique, symbole d’ouverture vers le monde et d’accueil dans le coeur de la ville de Grasse. Puis, le motto  “Grasse – Arts – Patrimoines” rappelle les fondamentaux du Fonds Baudelaire, à savoir, le mélange des arts et la référence aux patrimoines matériels et humains. Enfin, les couleurs sont aussi celles du logo de la ville de Grasse.

 

La façade Hugues Ainé est le premier projet réalisé par le Fonds Baudelaire. Pourquoi ce choix ?

 

Le premier projet a consisté en la rénovation de la façade de 1881, de la mythique parfumerie Hugues Ainé, rue Mirabeau à Grasse. C’est l’entreprise Robertet-Charabot qui a assuré l’intégralité des travaux. Or, cette ancienne usine est proche du vieux Grasse, et constitue l’un des joyaux du patrimoine grassois. Ensuite, cette façade remarquable de l’ancienne fabrique Hugues Ainé (établie en 1817), devenue ensuite Charabot (1925) méritait une mise en valeur. De plus, au même moment, la rue Mirabeau a été repavée.

 

Fonds Baudelaire

 

Le fonds Baudelaire organise deux événements : L’exposition “Le parfum dans tous les sens” de la Fragrance Foundation et le 1er festival “Grasse au Pays des Merveilles”

 

En effet, nous avons été approchés par la Fragrance Foundation pour faire l’acquisition de l’exposition “Le parfum dans tous les sens” vue en 2015, dans les jardins du Palais Royal à Paris. Ce parcours de 50 photos autour du parfum (l’art de la transformation, la panoplie du parfumeur, inspiration et formulation, envies d’exceptions) sera mis en scène avenue Thiers à Grasse.

 

Fonds Baudelaire

 

Puis, le Festival “Grasse au Pays des Merveilles” prendra place pendant 10 jours, à partir du 19 juillet 2019. Toute une programmation orchestrée par Christine Monpoix et Eric Monvoisin. Pour ces derniers, il était très important d’ouvrir le patrimoine aux grassois. Or, les moments forts du festival seront l’exposition de la Fragrance Foundation, le Prix du jeune parfumeur sous la houlette de Fabrice Pellegrin et Véronique Wittling et la musique dans la rue. Pour en savoir plus sur le festival, cliquez ici.

 

Partenaires de l’événement : Symrise, Firmenich, Argeville, L’Oréal Luxe, Fleurs d’Exception, Fragrance Foundation, Fonds Baudelaire, Ville de Grasse, 06 Département Alpes-Maritime

 

 

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.