Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on Avr 4, 2013 in BettinaScope, Expos-Musées | 9 comments

Exposition de Roger Mühl, le peintre de l’équilibre par la lumière

Sous son pinceau, les paysages, les buissons, les fleurs, le ciel, se réveillent et s’illuminent sous les couleurs des plus lumineuses au plus ombragées, du pastel aux teintes vives. Cet amoureux de la vie, à l’œil gourmet, a su réserver ses découvertes au promeneur qui sait regarder et sentir. A (re)découvrir à la Galerie de la Bouquinerie de l’Institut à Paris.

Le 21 mars 2013, jour du printemps fut aussi le jour de l’inauguration de  ce premier Hommage au peintre Roger Mühl, éteint le 4 avril 2008. Cette exposition regroupe 30 toiles réparties sur trois galeries (3 bis rue des Beaux-Arts, 12 rue de Seine et 3 Quai Malaquais).

Je démarre ma visite au 3 bis rue des Beaux-Arts, la galerie, se trouvant au fond de la cour.

Les jardins, son thème de prédilection

©Patrice Mühl

©Patrice Mühl

A peine rentrée, je suis happée par « L’Allée », un des tableaux du jardin de Mougins de Roger Mühl. La végétation y est dense mais le sentier qui la traverse, vous invite à rentrer dans la toile et vous emmener pour un voyage aux pays des couleurs et de la lumière. Puis, « L’Allée au Printemps », un autre tableau, poursuit la ballade dans une atmosphère plus pétillante. En fait, on succombe à la douceur et à la sérénité de ses paysages qui s’ancrent dans la lumière du Midi. Seule, la Provence en a le secret et ce n’est pas étonnant que Roger Mühl, originaire d’Alsace en est fait sa terre d’adoption !

Dans ce jardin, on y hume les fleurs de néfliers au moment de l’automne dont le parfum est floral gourmand (amande et miel pour ses facettes gourmandes et des notes mimosa pour ses aspirations florales), le tilleul, des amandiers en fleurs ou encore des pivoines au parfum doux, délicatement rosé et si féminin.

Fidèle ami de la lumière

Comme le rappelle Michel Franca, dans le catalogue d’exposition, en 2000 « Roger Mühl, peintre de la lumière douce, poète autant que bon vivant, il nous convie aux noces de l’intelligence du cœur. Ce qu’il vise, c’est le don, l’offrande d’un bonheur simple et pur. Car ce lyrique est aussi un épicurien ». Il réveille la beauté de la nature. Ses buissons sont comme des yeux qui nous regardent !

Ses tableaux sont un hymne à la vie dont on a bien besoin de nos jours… Les regarder, s’en nourrir, les approcher, les parcourir font autant de bien qu’une séance de luminothérapie ! Ce pays grassois avec ses oliviers, les pins dont on sent le parfum, les Baux de Provence apparaissent plus vivants que jamais sous des lumières si différentes.

©Patrice Mühl

©Patrice Mühl

Fondus, dégradés, profondeurs sont les multiples nuances des couleurs qu’utilisent Roger Mühl dans ses compositions où rythmes et mesures s’orchestrent en une instinctive mathématique.

Roger Mühl est un bâtisseur

©Patrice Mühl

©Patrice Mühl

« Mon père m’a apporté une vision. Il était un bâtisseur pyramidal. Tous ses tableaux sont construits. Il avait l’art de disséquer, tout ce qui est tangible pour reconstruire à un autre niveau » confie Patrice Mühl, son fils. En fait, Roger Mühl dessine beaucoup avant de peindre. Il esquisse, dose, dispose les lignes et les masses, jusqu’à  ce qu’il obtienne les justes proportions. Ce qui fait que chaque geste de pinceau est juste, souligne son fils.

Et là, il combine les couleurs, distribue la lumière avec le même souci d’harmonie, attentif au constraste des teintes et des matières qui donne vie au tableau : ses couleurs, tantôt lisses, tantôt rugueuses, tantôt unies, tantôt bigarrées, vivent, vibrent et s’expriment en silence. Son obsession, l’émotion transfigurée par la technique.

Roger Mühl et Line, sa muse et sa femme, aimaient la vie. Ils aimaient déguster les mets préparés et se retrouver à l’Auberge de l’Ill où ils ont fait la connaissance  de grands chefs comme Paul Bocuse, Roger Verger, Alain Chapel, les Troisgros… Mais l’œil gourmet de Roger Mühl a l’art de ne pas se perdre.

©Patrice Mühl

©Patrice Mühl

Poursuivons la visite et rentrons au 12 rue de Seine. Là, les œuvres y sont plus éclectiques. Elles nous montrent une autre facette du peintre.

Il s’agit d’oeuvres au cœur des capitales comme Paris, New York…. On y perçoit un regard d’architecte avec une toute autre palette de couleurs. La couleur et la lumière sont toujours là mais ces tableaux révèlent une autre atmosphère. « Broadway, la nuit » est un des tableaux favoris de Patrice Mühl. Pour ce dernier « Ce tableau a une force. On est en face de quelque chose…On ne sait pas ce qui va arriver mais on attend ».

Ne laissez pas passer l’occasion de découvrir ou de revoir des tableaux de Roger Mühl. Je réitère, ils sont un remède à la morosité, donc ne vous en privez pas. Ils sont exposés à la Galerie de la Bouquinerie jusqu’au 30 avril 2013.

Si cette visite, vous a plu, laissez-moi vos impressions.

Site : www.patricemuhl.com

  • 12, rue de Seine – 75006 Paris
 Tel : (0)1 55 42 62 42

Site : www.bouquinerie-institut.com

Ouvert du lundi au samedi de 10h à 13h et de 14h30 à 19h. 
Fermeture à 18h le samedi.

  • 3 bis rue des Beaux-Arts – 75006 Paris

Tel : (0)1 55 42 62 52

Ouverture sur rendez-vous.

  • 3 quai Malaquais – 75006 Paris
tél : +33 (0)1 43 26 86 06

Jours d’ouvertures lundi-mardi-jeudi-vendredi de 8h30 à 12h30 et de 14h30 à 18h.

9 Comments

  1. Quel plaisir de redécouvrir MÜHL au travers de ce beau parcours des senteurs .

  2. Je considère que ton approche de la peinture de mon père dénote chez toi d’une sensibilité que Muhl aurait apprécié.
    Ton regard sur sa peinture est très pertinent et les mots sont aussi forts que sa totale harmonie dans l’amour de la nature
    Patrice Muhl

    • Merci pour ce mot qui me touche. La peinture de ton père m’a beaucoup touchée et j’ai écrit ce papier avec mon coeur. Bettina

  3. Mais sincèrement, susurrez moi : pour qui sont ces parfums lancinants qui s’insinuent silencieusement sous le seuil de ces saules ensoleillés ?

    • C’est un jeu de devinette à laquelle je vous laisse vous réfléchir…. Bettina

  4. Très bel article tout en poésie qui souligne les œuvres de mon grand père. Merci !

    • Merci Candice. La peinture de votre grand-père m’a beaucoup touchée. Elle est un vrai rayon de soleil.

  5. J’ai bien connu Roger et Line que de souvenirs

    • Merci pour votre message. Moi c’est Patrice que je connais et j’adore les peintures de son père.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous gratuitement

Le parfum n'aura plus de secret pour vous

  • E-book entièrement gratuit en PDF
  • Les articles de la semaine
  • Désabonnement à tout moment
Close this popup

Inscrivez-vous gratuitement

Le parfum n'aura plus de secret pour vous

  • E-book entièrement gratuit en PDF
  • Les articles de la semaine
  • Désabonnement à tout moment
Close this popup